LA DYSPLASIE

La dysplasie est une malformation progressive de la hanche qui entraîne de l’arthrose pouvant se révéler tout au long de la vie d’un chien.

Plusieurs facteurs favorisent l’apparition de dysplasie :

  • facteur génétique : il est important que les parents soient radiographiés
  • facteur alimentaire : une bonne alimentation de qualité est essentielle à une bonne croissance, un surpoids est à éviter
  • facteur environnemental : l’excès d’efforts, les sauts à répétition, les traumatismes sont néfastes

La dysplasie peut toucher les hanches ou les coudes.

Pour limiter au maximum les risques de dysplasie de nos chiots, les futurs parents sont tous obligatoirement radiographiés avec lecture officielle. Nous faisons le choix de faire des mariages avec des chiens A ou B pour les hanches, et 0 pour les coudes. Nous sommes donc plus exigeants que le club de race qui autorise les mariages jusqu’au C pour les hanches et 1 pour les coudes.

Comment de passe le dépistage ?

La dysplasie ne se voit pas forcément : un chien qui présente une boîterie n’est pas forcément dysplasique, et un chien dysplasique ne boîte pas forcément…

Le seul moyen de vérifier la présence et le stade d’une dysplasie est de faire une radiographie sous anesthésie générale ou sédation poussée, puis de demander la lecture officielle.

Si les radios peuvent se faire chez le vétérinaire habituel, la lecture officielle demande une formation spécifique. Votre vétérinaire est bien sûr capable de donner un avis clinique sur l’état des hanches et coudes, mais ils ne pourront pas vous donner le stade.

Le protocole à suivre est indiqué sur le site de l’AFBB, ou directement ici .

Lorsque les radios sont réalisées, il ne reste plus qu’à envoyer la demande de lecture officielle en suivant les modalités, indiquées ici.

Quel intérêt de dépister les reproducteurs ?

Dans la mesure où la dysplasie est multifactorielle, on peut se demander quel est l’intérêt de dépister les futurs parents : tout simplement pour limiter au maximum le risque d’avoir un chiot dysplasique. Plus la lignée présente d’individus atteints, plus le risque est grand.

Pour autant, 2 parents parfaits peuvent avoir des descendants présentant de la dysplasie.

L’objectif est de prendre le moins de risque possible en choisissant des reproducteurs eux-même indemnes.

Faut-il faire radiographier son chien ?

D’une manière générale, il y a 3 bonnes raisons de faire radiographier son chien :

  • en cas de doute de dysplasie : dans ce cas, seule une radio pourra vous apporter des réponses
  • si on envisage de faire reproduire son chien : dans ce cas, il est important de contrôler la dysplasie de manière préventive afin de limiter les risques sur la descendance.
  • si on envisage de pratiquer du sport de haut niveau : dans ce cas, il peut être judicieux de s’assurer que le chien va bien et peut endurer l’effort physique qui lui sera demandé.

Comment interpréter les résultats ?

Les résultats officiels sont envoyés sous la forme d’un document indiquant le stade de dysplasie et les résultats de lecture.

La dysplasie des hanches est notée HD

La dysplasie des coudes est notée ED

Une lettre indique le stade de dysplasie pour les hanches. Les stades sont :
– Stade A (normal) : aucun signe de dysplasie
– Stade B (presque normal) : état sensiblement normal
– Stade C (acceptable) : dysplasie légère
– Stade D : dysplasie moyenne
– Stade E : dysplasie grave

Un chiffre indique le stade de dysplasie pour les coudes. Les stades sont :
– Stade 0 (normal) : aucun signe de dysplasie
– Stade SL (stade limite) : état sensiblement normal
– Stade-1 (acceptable) : dysplasie légère
– Stade 2 : dysplasie moyenne

On peut ensuite indiquer 1 lettre si on indique le résultat global, ou 2 lettres si on indique le résultat de chaque hanche. Le principe est le même pour les coudes, mais ce sont des chiffres qui donnent le stade. Il faut savoir que lorsqu’on n’indique qu’une lettre (ou chiffre), on indique le résultat du plus mauvais membre.

Exemple d’un chien qui serait hanche gauche A, hanche droite B, et coude gauche 0, coude droit 1, les 2 façons de donner le résultat sont :
HD A/B – ED 0/1 ou HD B – ED 1

Parents non dépistés

Il arrive malheureusement de voir des annonces de vente de chiots berger blanc suisse dont les parents n’ont pas été dépistés. C’est une grande prise de risque.

Les vendeurs vous prétexteront différentes excuses : « je ne vais pas endormir mon chien pour une radio avec les risques d’une anesthésie ! ».
Je peux l’entendre, mais dans ce cas, c’est prendre le risque de faire naître des chiots atteints, et mettre un chien en reproduction n’est pas non plus sans risque !

« Les parents de mon chien sont indemnes, donc ça va »
Si c’était aussi simple, on aurait déjà éliminé la dysplasie en ne mariant que des chiens non atteints. Or on sais qu’il est primordial de vérifier chaque individu pour limiter le risque au maximum

Les raisons véritables ne vous seront pas dites, mais elles sont généralement :

  • financières : faire radiographier son chien en vue de lecture officielle à un coût certain, entre les radios effectuées chez le vétérinaire et la lecture officielle, il faut déjà prévoir un certain budget
  • la peur du résultat : faire radiographier son chien, c’est prendre le risque d’avoir des résultats non souhaités et par là même de mettre fin à tout rêve de faire de son chien un futur reproducteur.

Conseils

Pour limiter au maximum le risque de dysplasie de votre futur chiot :

  • choisissez un mariage dont les parents sont officiellement radiographiés
  • exigez de voir les résultats
    un éleveur sérieux vous les proposera de lui même, en tous cas vous proposera de les voir
  • Par la suite, ménagez votre chiot en évitant les efforts tels que sauts répétés, escaliers, promenades trop longues
  • Nourrissez votre chiot avec une alimentation de qualité et surtout évites l’embonpoint.

Ici, nous présentons tous les documents des parents (ou futurs parents) lors de notre première rencontre, en tous cas AVANT la réservation. Par la suite, nous vous envoyons par mail la copie des documents dès que la réservation est effective.

Conclusion

Malgré toutes les précautions, la dysplasie est très difficile à prévoir, et peut arriver même avec une bonne génétique.
Si votre chiot s’avère être dysplasique, ce n’est pas une fatalité, et il peut parfaitement avoir une belle vie. Il existe des solutions à adapter en fonction du handicap, si handicap il y a.
Il faut aussi savoir que le stade de la dysplasie n’est en rien un indicateur de la douleur et de l’évolution : un chien fortement dysplasique peut vivre sans douleur alors qu’un autre peu atteint souffrira.

A l’heure actuelle, la seule arme dont nous disposons est la prévention, et ça passe en tout premier lieu par le choix de reproducteurs radiographiés.

AVERTISSEMENT :
Ces articles sont publiés avec un langage volontairement compréhensible pour tous, du novice au connaisseur. Je peux également donner ma façon de voir, fruit de mon vécu et mes connaissances actuelles, et qui n’engage que moi. Chacun est libre d’avoir un point de vue différent.
Toute reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur.

%d blogueurs aiment cette page :